Españolas en París

Dimanche 22 juin, 20h, Reflet Médicis

 

 


 

 

Pour finir, un but et un rêve

 

Españolas en París en clôture de « Différent ! » , voilà qui nous permet de concrétiser l'un de nos objectifs fondateurs et d'accomplir un vieux rêve.
Quand, premières et premiers Espagnolas en París, nous nous réunissions au tout début pour parler de nos péripéties respectives, nous nous étions marqué comme but de voir un jour ensemble ce film mythique qui donnait son nom à notre association. Le plus tard possible, pour ne pas avoir à dissoudre l'association tout de suite après par manque matériel de finalité !
Mais comme les extrêmes se rejoignent, nous allons peut-être revoir tout cela et nous marquer un nouvel objectif : « revisiter » – comme disent les érudits – Españolas en París, par exemple une fois par an, ce qui ne peut pas faire de mal et nous permettrait de vérifier où nous en étions et où nous en sommes aujourd'hui, de ne pas perdre de vue les stéréotypes qui circulaient et continuent de passer dans les deux sens, comme des balles de ping-pong, au-dessus du filet des Pyrénées !
Et c'est un vieux rêve accompli en prime, celui de compter parmi nous notre grand frère Roberto Bodegas, de pouvoir partager avec lui cette projection en famille et de le remercier personnellement de nous avoir passé un nom collectif, avec la permission du grand Azorín, bien entendu.

 

 


 

 

Españolas en París

Des Espagnoles à Paris

de Roberto Bodegas

Espagne / 102' / 1971

 

Séance présentée par Diego Galán, journaliste à El País,
en présence de Roberto Bodegas

 

RésuméAu début des années soixante, plus de quarante mille femmes espagnoles travaillent comme employées de maison à Paris. Malgré la différence de langues, de coutumes et la solitude qui les assaillent, elles gagnent mieux leur vie ainsi. Parmi elles, Emilia, qui a laissé derrière elle les temps difficiles et s'est adaptée à la grande ville ; Isabel qui lutte pour élever au mieux le fils qu'elle a eu avec un homme qui l'a abandonnée ; Dioni, qui ne pense qu'à faire des économies pour avoir une dot et se marier ; Francisca qui ne comprend rien à rien et est complètement perdue dans Paris.

 

Générique
Avec : Laura Valenzuela, Ana Belén, Máximo Valverde, Tina Sáinz, Elena María Tejeiro, José Sacristán, Emma Cohen. Scénario : Roberto Bodegas, Christian de Chalonge, José Luis Dibildos, Antonio Mingote. Image : Rafael de Casenave. Musique : Carmelo A. Bernaola. Montage : Petra de Nieva. Production : Agata Films. Contact (fax) : 00 349 15 48 27 74

 

Le réalisateurIl a tout d'abord étudié la philosophie avant de servir dans la marine marchande à Barcelone. Il s'installe à Paris en 1961 où il travaille comme assistant réalisateur entre autres sur Un taxi pour Tobrouk (Denys de la Patellière, 1960), Behold a Pale Horse (Fred Zinnemann, 1964), Le Saut (Christian de Chalonge, 1967). Il fait ses débuts comme réalisateur en 1970 en Espagne avec Españolas en París. Suivent Vida conyugal sana (1973), Los nuevos españoles (1974), La adúltera (1975). Lors de la « transition » avec Corazón de papel (1982) il tente d'apporter un nouveau regard dans la récente réalité démocratique. Dans les quinze dernières années, Bodegas a régulièrement travaillé pour la télévision, où il vient d'obtenir un grand succès avec Fago et s'apprête à tourner une nouvelle mini-série autour de l'agonie du général Franco.

ImprimerE-mail

 

 

Mentions légales     Politique de confidentialité
Espagnolas en Paris       Tél. +33 1 43 21 24 33       gnolas@free.fr