HOMMAGE à EDUARD FERNÁNDEZ

 

Vendredi 20 juin à 21h30

 

Todas las mujeres, en présence du réalisateur Mariano Barroso
et de la comédienne Nathalie Poza.
Eduard Fernández, comédien incontournable,
aux côtés de Raul David Martínez de l'Institut Ramón Llull.

 

   

 

  

 

 

Les images animées de la soirée ici  

 


 

eduard fernandezTOUS LES EDUARDS

Quinze ans séparent le premier (grand) film d'Eduard Fernández, Los lobos de Washington, du dernier (grand) film d'Eduard Fernández, Todas las mujeres. C'est curieux que ces deux films soient dirigés par Mariano Barroso. Et c'est curieux que dans les deux, Eduard brille dans une distribution chorale. Avec une différence. Dans le premier il partageait l'interprétation avec un groupe d'acteurs ; dans le dernier il partage l'écran avec une sélection d'excellentes actrices. Une autre différence. Dans le premier il incarnait un homme dur et sombre, dans le dernier il est le parfait personnage malléable, tendre, cynique, drôle, amoureux, peureux, lâche, irrespectueux, fascinant, adorable... Une infinité d'Eduards qui d'une certaine façon recouvrent tous les rôles qu'il a interprétés au fil du temps. Parce qu'Eduard peut tout faire : l'assassin mauvais d'un film insolite comme 3 días ou le terrible et cruel maire de Pa negre ; l'employé frondeur de Smoking Room ou le compagnon fidèle d'Alatriste ; le mari perplexe de La mosquitera ou le père craintif de Tres días con la familia ; le contrepoint idéal de Bardem dans Biutiful, ou l'alter ego de Cesc Gay dans trois films inoubliables, En la ciudad, Ficció et Una pistola en cada mano. Eduard est toujours le même et toujours différent. La marque, sans doute, d'un acteur de première classe. Comme l'envie qu'il a de se confronter à tous ses rôles, les petits (Gente en sitios) comme les grands (Todas las mujeres). Sur le point d'avoir 50 ans et avec une moisson de prix remportés, il mérite enfin un hommage, c'est évident. Et ce ne sera pas le dernier.

 

 

TODOS LOS EDUARDS

Quince años separan la primera (gran) película de Eduard Fernández, Los lobos de Washington, de la última (gran) película de Eduard Fernández, Todas las mujeres. No deja de ser curioso que las dos estén dirigidas por Mariano Barroso. Y no deja de ser curioso que en las dos Eduard brille en un reparto coral. Con una diferencia. En la primera compartía interpretación con un grupo de actores; en la última comparte pantalla con una selección de excelentes actrices. Y aun otra diferencia. En la primera encarnaba a un hombre duro y oscuro, en la última es el perfecto personaje moldeable, tierno, cínico, cómico, enamorado, miedoso, cobarde, irrespetuoso, fascinante, adorable... Un sinfín de Eduardos que de alguna manera recogen todos los papeles que ha ido representando a lo largo de este tiempo. Porque Eduard sirve para todo: el malvado asesino de un film extraño como 3 días o el malo y cruel alcalde de Pa negre; el irreverente oficinista de Smoking Room o el compañero fiel de Alatriste; el marido desconcertado de La mosquitera o el acobardado padre de Tres días con la familia; el contrapunto ideal de Bardem en Biutiful, o el alter ego de Cesc Gay en tres films inolvidables, En la ciudad, Ficció y Una pistola en cada mano. Eduard es siempre él mismo y es siempre diferente. Esta es, quizás, la prueba de su gran categoría como actor. Eso y las ganas con que se enfrenta a todos sus personajes, tanto los pequeños, (Gente en sitios) como los grandes (Todas las mujeres). A punto de cumplir 50 años, y con muchos premios ganados, está claro que merece un homenaje. No será el último que reciba.

 

 

nuria vidal

 

Nuria Vidal

http://nuvidal.blogspot.com

 

 

 


 

  

affiche

Todas las mujeres
de Mariano Barroso
Espagne / 90' / 2013

 

 

En présence d'Eduard Fernández, Nathalie Poza
et Mariano Barroso

 

 

icoBandeAnnonce

 

 

     


 

Prix : Goya de la meilleure adaptation ; Meilleur Film Espagnol, Sant Jordi Awards ; Meilleur film en langue espagnole, Meilleur Acteur et meilleure actrice, Prix Días de Cine

 

Autre festival : Festival de Malaga

 

Résumé : Nacho, vétérinaire, affronte les femmes qui ont compté pour lui. Devant lui apparaissent sa maîtresse, sa mère, sa psy, sa femme, son ex-fiancée et sa belle-sœur. Il a des comptes à régler avec toutes et il devra toutes les affronter pour solder l'ardoise.

 

Générique
Avec : Eduard Fernández, Michelle Jenner, Nathalie Poza, Petra Martínez, María Morales, Marta Larralde, Lucía Quintana. Scénario : Mariano Barroso, Alejandro Hernández. Image : Raquel Fernández. Son : Nacho Arenas. Musique : Ray Marhuenda. Montage : Elsa Díaz Pinnoli. Production : Rafael Portela, Domingo Corral - Kasbah PC, tél : +346 908 65 28, kasbahfilms@gmail.com

 

Mariano Barroso
Né à San Just Desvern (Barcelone) en 1959, il abandonne ses études supérieures pour se consacrer au cinéma. Après avoir remporté différents Prix dans des festivals grâce à ses courts métrages, il part étudier le cinéma à l'American Film Institute. De retour en Espagne, il réalise cinq épisodes de la série Las chicas de hoy en día de Fernando Colomo qui produira son premier long métrage Mi hermano del alma. Il a enseigné à l'École de cinéma de Cuba, à l'École de cinéma de la Communauté de Madrid et à l'Université internationale Menéndez Pelayo.

 

Filmographie
2013 - Todas las mujeres
2011 - Lo mejor de Eva
2010 - Todas las mujeres (série TV)
2007 - Invisibles (Los sueños de Bianca)
2005 - El oficio de actor (TV)
2005 - Hormigas en la boca
2004 - ¡Hay motivo! (El pasado que te espera)
2001 - In the Time of the Butterflies (TV)
2000 - Mi abuelo es un animal (CM)
2000 - Kasbah
1999 - Los lobos de Washington
1996 - Éxtasis
1996 - Lucrecia (TV)
1994 - Mi hermano del alma
1992 - Las chicas de hoy en día (Série TV)
1990 - Es que Inclan está loco
1986 - No llevamos dinero (CM)
1983 - Crímenes ejemplares (CM)
1983 - El acto sensual (CM)
1982 - Expreso (CM)

ImprimerE-mail

 

 

Mentions légales     Politique de confidentialité
Espagnolas en Paris       gnolas@free.fr