C'était le 3 mai 2010

 

Espagnolas en París et l’Instituto Cervantes 
l'INCAA (Instituto Nacional de Cine y Artes Audiovisuales, Argentine) et Ventana Sur
avec Pretty Pictures, Tornasol Films, Haddock Films, 100 Bares,
TVE, Canal +, Telefé, Autour de Minuit, Sophie Dulac et son équipe
en partenariat avec CinéCinéma

 

présentent 

 

La Nuit des Oscars argentins !

 

- avant-première -  

 

El secreto de sus ojos
(Dans ses yeux)

de Juan José Campanella

(Argentine-Espagne, 2009,VO sous-titres français, 129 min)
• Oscar 2010 du meilleur film étranger
• Grand Prix Festival du Film Policier de Beaune 2010
• Sortie en France le 5 mai 2010

avec la présence exceptionnelle de
Juan José Campanella
et des producteurs
Gerardo Herrero et
Mariela Besuievsky

 

précédé de : 

Logorama

de H5 (François Alaux, Hervé de Crécy,
Ludovic Houplain)
(France, 2009, 16 min)
• Oscar 2010 du meilleur court métrage d'animation

présenté par Nicolás Schmerkin, producteur

suivi d'une dégustation gastronomique, autour d'empanadas argentines… et gallegas !

 

Lundi 3 mai 2010 à 20h30
Cinéma Majestic Passy
18 rue de Passy - 75016 Paris - Métro Passy, Muette

 

À propos…

El secreto de sus ojos (Dans ses yeux) - Buenos Aires, 1974. Benjamin Espósito enquête sur le meurtre violent d’une jeune femme. 25 ans plus tard, il décide d'écrire un roman basé sur cette affaire “classée” dont il a été témoin et protagoniste. Ce travail d'écriture le ramène au meurtre qui l'obsède depuis tant d'années mais également à l'amour qu'il portait alors à sa collègue de travail. Benjamin replonge ainsi dans cette période sombre de l'Argentine où l'ambiance était étouffante et les apparences trompeuses... (www.prettypictures.fr)
Juan José Campanella (Buenos Aires, 1959) n'est pas assez connu en France mais une demi-douzaine de films en trente ans de carrière l'ont imposé dans le panorama international comme un metteur en scène sachant allier rigueur formelle, histoires fortes, personnages extrêmement bien écrits avec son complice Fernando Castets, pour aboutir à un cinéma populaire de très haut niveau.
Après El niño que gritaba puta (1991), son premier long métrage, réalisé aux Etats-Unis à peine terminées ses études de cinéma à New York, après Y llegó el amor (1997) et déjà quelques réalisations télé (il a tourné depuis des chapitres de Dr House, 30 Rock, New York District entre autres), Campanella réalise en 1999 El mismo amor, la misma lluvia, qui réunit pour la première fois Ricardo Darín et Soledad Villamil, le duo éblouissant de El secreto de sus ojos (Dans ses yeux). El hijo de la novia, un récital de Norma Aleandro, Héctor Alterio et encore Darín, son acteur fétiche, vaut à Campanella une première nomination aux Oscars.
Gerardo Herrero (Madrid, 1953) et Mariela Besuievsky (Montevideo, 1962) sont l'âme de Tornasol Films, une centaine de titres produits, des cinéastes espagnols (Les crimes d'Oxford d'Alex de la Iglesia et son nouveau Balada triste de trompeta parmi les tout récents), des cinéastes d'Amérique Latine, comme Francisco Lombardi, Juan José Campanella ou Marcelo Piñeyro, mais aussi les européens Ken Loach et Alain Tanner ou encore les américains Paul Auster ou Francis Ford Coppola (Tetro). Gerardo Herrero a lui même réalisé une quinzaine de films.
Nicolás Schmerkin (Buenos Aires, 1973) vit en France ou il exerce comme critique de cinéma, responsable du magazine Repérages ou encore programmateur du festival NEMO, avant de s'aventurer à partir de 2001 dans la production de courts métrages toujours originaux, parmi lesquels Obras (2004), nominé aux Césars, et Logorama, un jouissif détournement de marques à gogo qui remporte l'Oscar 2010 du meilleur court métrage d'animation.
Nicolás Schmerkin présentera son compatriote Juan José Campanella au public parisien. 

 

Imprimer